Projects

Search

Login Form






Perdu votre mot de passe ?
Renforcer l’information sur la santé : un impératif pour le Pacifique

Mercredi 21 mai 2014, Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), Nouméa, Nouvelle-Calédonie – 
data.jpg

Un article scientifique du Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS) publié il y a peu dans la revue Preventing Chronic Disease rappelle le besoin urgent de renforcer l’information sur la santé dans le Pacifique, et tout particulièrement l’analyse, l’exploitation et le partage des données.

L’article est axé sur les conclusions de l’étude GBD 2010 (Global Burden of Disease), ainsi que sur ses implications pour la région océanienne.

D’après les chiffres donnés pour le Pacifique dans cette importante étude internationale, les infections des voies respiratoires basses, le diabète et les maladies diarrhéiques représentent la charge la plus importante de morbidité et de mortalité dans la région, tandis que les dépressions, les douleurs lombaires et l’anémie y sont le principal facteur de handicap.

Ces résultats sont susceptibles d’offrir à la région un précieux outil d’évaluation permettant de déterminer les priorités sanitaires et d’étayer les politiques et les programmes à mener dans la région. Toutefois, l’auteur principal, le docteur Damian Hoy de la CPS, précise que « les chiffres doivent être interprétés avec prudence, car les estimations données pour la région Pacifique sont tirées de modèles construits avec un volume de données très limité ».

Dans leur article, les auteurs expliquent que le calcul d’estimations constitue un défi de taille dans la région, car on dispose de très peu de données qui ont déjà été « analysées, résumées et rendues publiques ».

damian-sala.jpgLes ministres océaniens de la Santé sont bien conscients de la nécessité de renforcer l’analyse et l’utilisation des données dans la région. En 2011, ils ont d’ailleurs appelé de leurs vœux l’élaboration de « programmes approfondis de formation, afin de doter les techniciens des données et de l’épidémiologie, ainsi que les épidémiologistes, de compétences de base ».

L’article propose une analyse descriptive et critique des activités actuellement menées par les différents réseaux et partenaires dans la région pour améliorer la disponibilité des données. Parmi ces activités, citons la formation à l’utilisation des données pour la prise de décisions du Réseau océanien de surveillance de la santé publique (ROSSP), divers cours et projets de recherche opérationnelle, le projet de renforcement des systèmes de statistiques de l’état civil du Groupe d’entente de Brisbane, et les activités de formation du Réseau océanien d’information sur la santé publique.

Bien que l’article n’en fasse pas mention, le ROSSP entend proposer un autre programme de formation, piloté par la CPS et toujours en cours d’élaboration. Ce nouveau programme, axé sur le renforcement des interventions en santé publique dans le Pacifique (SHIP en anglais), a reçu l’aval des directeurs de la santé de la région fin avril et sera présenté aux ministres océaniens de la Santé en juillet prochain.

En bref, cet article démontre en quoi toutes ces initiatives sont la promesse d’une amélioration rapide de l’analyse de données dans la région et de la disponibilité de données de qualité sur la santé.

L’article peut être consulté en ligne à l’adresse suivante : http://www.cdc.gov/pcd/issues/2014/13_0344.htm


Pour tout complément d’information, veuillez vous adresser à Christelle Lepers, Chargée de l’information et de la communication (surveillance de la santé publique), Division santé publique de la CPS (courriel : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir ; tél. : +687 26 01 81).

 

Dernière mise à jour : ( 24-05-2014 )